[Inscriptions] Journée de recherche Blockchain, Université de Lyon, 10 avril 2020

Des systèmes d’information aux blockchains. Essai de convergences en sciences juridiques et fiscales, économiques, et de gestion
Journée de recherche, Université de Lyon, 10 avril 2020 (Droit – économie – gestion)
Les inscriptions sont ouvertes !
Pour vous inscrire   :


Date limite de soumission : le lundi 17 février 2020
Télécharger l'appel à communications complet ici

Cette journée de recherche pluridisciplinaire, le 10 avril 2020 à Lyon, propose d’appréhender de manière croisée les implications des technologies de l’information[1] et notamment des blockchains[2] (BC) en sciences juridiques et fiscales, en sciences économiques, et en sciences de gestion. L’objectif est de trouver des champs de fertilisation croisée dans les trois domaines examinés lors de ces réflexions.

Les thèmes de la journée sont plus spécifiquement :

  •     SI et transformation des organisations
  •     BC, relation contractuelle et smart contracts
  •     Droit commercial et BC (vendre et financer et financer pour vendre)
  •     Propriété, Propriété intellectuelle, BC
  •     BC et intelligence artificielle
  •     Droit comparé et BC
  •     Nouveaux outils pour les fiscalistes, droit et BC
  •     Analyse des organisations fondées sur les BCs et théories de la firme
  •     Transformation digitale et IT controlling
  •     Cybercriminalité et BC
  •     Guerre économique, BC et transformation numérique
  •     Transformation digitale, BC et traçabilité
  •     Fintech et BC
  •     Transformation digitale et stratégie
  •     Innovation digitale et nouveaux défis pour la protection des savoirs et de la personne
  •     Knowledge transfer et transformation digitale
  •     Calcul économique et BC
  •     Monnaies digitales, transformation micro et macro-économiques
  •     Valeur travail et BC


Dates clés:

[1]. La technologie de l'information désigne le domaine du traitement de l'information.
[2]. Une BC peut être définie comme un livre d’enregistrement garantissant à la fois l’authentification des données et leur pérennité tout en évitant d’avoir une autorité centralisée garantissant ces deux propriétés (Gramoli, 2017). La loi la définit à plusieurs reprises, dans le Code monétaire et financier,comme un « dispositif d’enregistrement électronique partagé permettant l’authentification [d’] opérations » (art. L.223-12).