Félicitations à Pauline Lenesley, nouvelle docteure à Coactis !

Pauline Lenesley a soutenu sa thèse de doctorat intitulée « Coordination d’équipes et polycentricité : approche pratique d’une analyse institutionnelle de la coordination des équipes de secours d’urgence pré-hospitaliers de la Manche », sous la direction de Godé Cécile, Université d’Aix Marseille et la co-direction de Valérie Buthion, Université de Lyon 1, le 21 novembre 2018.

Rapporteurs :         
Pr Bouty Isabelle – Paris - Dauphine et Pr Georgescu Irene – Université de Montpellier
Membres du jury : Pr Baret Christophe – Université Aix Marseille, Dr Berginiat Norbert – SDIS de la Manche et Pr Séville Martine – Université de Lyon 2.

Résumé
Cette thèse étudie la coordination des équipes et la polycentricité en proposant une approche pratique d’une analyse institutionnelle de la coordination. En effet, la définition de la coordination n’est pas aisée même si le terme est utilisé quotidiennement dans différents domaines et tout particulièrement celui de la santé. La coordination s’appliquerait aujourd’hui aussi bien aux actions, qu’aux acteurs ou aux éléments d’une activité. Malone et Crowston (1994) relèvent que la coordination est tellement présente dans notre quotidien que nous ne la percevons principalement que lorsqu’elle est défaillante. Pour affiner la compréhension de la coordination étudiée à l’aide des théories des organisations et des théories des comportements organisationnels, de récentes contributions ont privilégié une analyse du caractère micro social, continu et situé de la coordination. Elles examinent les pratiques de coordination développées par les acteurs sur le terrain (par exemple, Faraj, Xiao 2006 ; Bechky, 2006; Kellogg et al., 2006; Jarzabkowski, et al., 2012; Harrison et Rouse, 2014; Schakel et al., 2016; Ben-Menahem et al., 2016; Wolbers et al., 2017 ; Bouty et Drucker-Godard, 2018). L’analyse de la coordination s’inscrirait ainsi dans l’examen des effets récursifs entre pratiques concrètes de coordination et influences institutionnelles. Pour autant, force est de constater que la littérature peine à démontrer ces influences réciproques. L’environnement institutionnel est complexe : de nombreux centres de décisions peuvent être identifiés et sont interdépendants (Ostrom V. et al, 1961). Pour investiguer ces environnements, Ostrom E (2005) proposent une conception polycentrique de la diversité institutionnelle qui permet de comprendre comment l’on peut mettre en lien l’organisation des moyens pour réaliser une action collective, coordonnée au niveau institutionnel aussi divers soit-il, et les pratiques des acteurs au sein d’arènes d’action.
Cette thèse montre que l’approche pratique de l’analyse et développement institutionnel (ADI) proposée par Ostrom E. permet de combiner les différentes analyses de la coordination menées jusqu’à présent dans la littérature gestionnaire au sein d’un même modèle.
A l’aide d’une recherche qualitative compréhensive réalisée avec une approche ethnométhodologique (Garfinkel 1967) de la coordination des équipes du secours d’urgence pré-hospitalier, nous proposons un cadre d’analyse de la coordination intégrant les différentes approches de la coordination développées en sciences de gestion. Nous détaillons ainsi un élément central du cadre ADI d’Ostrom E. : l’arène d’action qui est le lieu de pratiques de coordination. La prise en compte de la diversité institutionnelle en action amène à repenser l’équipe en méta-collectif. Il est une formation spécifique faite d’interrelations entre de multiples participants d’arènes d’action intriquées. La déclinaison du concept de polycentricité en gestion nous permet également de concevoir des systèmes où un rapport à une ressource est la base d’un système fait d’interrelations vigilantes et responsables.
Cette thèse montre également l’importance de composer avec la diversité institutionnelle pour faire face à l’ensemble des situations possibles dans des contextes complexes comme ceux du secours d’urgence pré-hospitalier. Nous proposons de sortir de la logique d’unification comme seule possibilité d’efficience tant les systèmes multi-institutionnels sont flexibles, résilients et sûrs notamment grâce aux retours d’expériences formalisés ou informels qu’il faut encourager. Cependant, dans ces contextes polycentriques un système de règles robuste et adaptable doit être préservé. Le système peut s’adapter de lui-même par modification régulière des dispositions pour agir. L’attention doit alors se porter sur le passage de « règles en usages » au stade « règles institutionnalisées » pour assurer la fiabilité du système.