New Students
Application

PerformRisk – Présentation

presentation

Présentation

Envisagés comme des événements soudains susceptibles d’affecter la performance des PME et ETI, les risques sont latents. Leur probabilité d’occurrence s’accroît au sein de l’environnement incertain et changeant dans lequel ces entreprises prennent aujourd’hui leurs décisions. Elles relient ainsi étroitement performance, résilience et capacités d’identification, d’évaluation et de traitement des risques. Ceci n’est pas surprenant tant la prise de risque maîtrisée est inhérente au processus de création de valeur.

Les nouvelles normes ISO 31000 & 31010 dédiées au management et aux techniques d’évaluation des risques renvoient les PME et ETI à un management des risques globaux (ou Enterprise Risk Management – ERM), rassemblant les dimensions les plus souvent évoquées par les dirigeants : risques clients, financiers, opérationnels, technologiques (notamment en termes de digitalisation et de dépendance) et humains (notamment en termes de perte de compétences). Ces normes mettent le management des risques au centre des préoccupations des entreprises, les orientant vers une meilleure évaluation de leurs pratiques et une gouvernance plus efficace.

Confrontées à des risques souvent comparables en gravité potentielle à ceux rencontrés par les grands comptes, les PME et ETI restent néanmoins moins bien outillées et organisées que ceux-ci. Elles ne bénéficient pas des mêmes capacités financières et ne possèdent pas nécessairement les compétences adéquates pour identifier et gérer les risques relatifs à leurs activités. Le traitement managérial des risques doit prendre en compte les spécificités des contraintes (financières, humaines, temporelles, organisationnelles, etc.) et de l’environnement décisionnel des PME et ETI. En particulier, le rôle que peuvent jouer les collectifs de travail dans le processus d’anticipation, d’identification et de gestion des risques ne doit pas être négligé. Ils représentent un facteur important de performance dans ces entreprises. Les dynamiques de groupe et d’acquisition des compétences collectives participent d’une meilleure capacité d’anticipation des risques et favorisent l’innovation collaborative des modes de résolution des problèmes complexes.

La Chaire Management des risques et performance collective dans les PME et ETI (PerformRisk PME/ETI) s’attache à nouer des liens forts entre milieu universitaire et tissu économique en proposant des recherches et formations centrées sur le management des risques des PME et ETI. Ses équipes s’impliqueront à offrir des éléments de réponses à différentes questions, telles que : comment les PME et ETI peuvent-elle gérer le risque global ? Quels sont les facteurs à prendre en considération pour anticiper les risques et les gérer de façon optimale ? Comment les collectifs peuvent-ils participer du management des risques ? Quels types de dispositifs managériaux les PME et ETI peuvent-elles implémenter et mettre en œuvre ?

Finalités

Les finalités de la chaire PerformRisk PME/ETI sont triples. Elles peuvent se traduire en trois missions principales – recherche, formation & diffusion des connaissances –  comme le précise le tableau suivant :

Tableau_finalités

Contacts

chaire-risques@coactis.org

CoActiS (EA 4161)
UNIVERSITÉ LYON 2
ISH – 14/16 Avenue Berthelot
69363 LYON Cedex 07
(Tel) 33 (0) 4 72 72 65 30
(Fax) 33 (0) 4 72 72 65 51
 
CoActiS (EA 4161)
UNIVERSITÉ JEAN MONNET SAINT ETIENNE – CAMPUS TREFILERIE
6 Rue Basse des Rives
42023 SAINT-ETIENNE Cedex 02
(Tel) 33 (0) 4 77 42 19 60
(Fax) 33 (0) 4 69 66 11 64

Axes de recherche de la chaire

AXE 1. Gouvernance et risque global dans les PME et ETI

Martine Séville, Professeur

Les PME et ETI qui veulent se développer de façon durable et soutenable doivent sécuriser ce développement en gérant le risque global (Enterprise Risk Management) qui lui est associé.

  • – Les PME et ETI disposent-elles ou peuvent-elles mobiliser des connaissances et des compétences en interne pour rédiger, au mieux de leurs intérêts et de la prévention des risques, les contrats, conventions et due diligences qui les lient à leurs partenaires ? Que doivent contenir ces contrats ?
  • – Comment et en quoi les actionnaires familiaux et les « clans » de fondateurs représentent-ils une capacité stratégique à gérer les risques ?
  • – Comment réduire les risques engendrés par des biais comportementaux, tels que la sur-confiance du dirigeant, le biais d’ancrage dans des pratiques habituelles, ou encore le tropisme des actionnaires sur la création de valeur à court terme ?

AXE 2. Risques client et réputation

Laure Ambroise, Maître de conférences HDR et Isabelle Prim-Allaz, Professeur

L’identité et la réputation d’une entreprise et de ses marques contribuent à la pérennité et à la profitabilité des PME et ETI, en constituant les éléments clés d’une stratégie de différenciation et de captation/fidélisation des clients. Toutefois, une réflexion globale autour de ces stratégies conduit à se poser la question du risque de perte d’identité et de réputation, et des conséquences inhérentes.

  • – Comment aborder et modéliser les risques amont et aval d’une défaillance de la réputation ?
  • – Quels dispositifs et processus managériaux mettre en œuvre pour gérer les marques, les médias sociaux et les mouvements de résistances des clients ?
  • – Quelle(s) utilisation(s) de la connaissance clients, développée via les démarches relationnelles et des Big Data, peuvent être opérées ? Quels sont les processus d’acquisition de la confiance client/fournisseur/prestataire ?

AXE 3. Le management collectif des risques

Cécile Godé, Professeur

Au sein des PME et ETI, les collectifs de travail (tels que les équipes projet) « vivent » le risque au quotidien et sont capables de l’anticiper et de développer des modes innovants de résolution des problèmes complexes.

  • – Comment constituer, pérenniser et impliquer des collectifs de travail en mesure de mener à bien des projets dans un environnement à risques ? Quels modes d’acquisition et de maintien des compétences et de l’intelligence collectives ?
  • – Quels sont les enjeux associés aux processus d’apprentissage collectif de gestion des risques ? En particulier, comment mettre en place un retour d’expérience à boucle courte pour les équipes projet évoluant dans des environnements à risques (équipes géographiquement dispersées, multiculturelles, multi-projets, etc.) ?
  • – Quels systèmes d’information introduire pour soutenir efficacement les dynamiques de groupe et favoriser le management collectif des risques ? Quels modes d’appropriation de ces systèmes ?